aller au menu

GAZETTE d'Auguste MAI 2003

" Tout pouvoir sans contrôle rend Fou " ALAIN

J P FOURNIER, Maire de Nîmes :

" La parole des habitants ça apporte quoi ?"

LES ELUS CAVIAR

Certains esprits chagrins ont pu se poser la question sacrilège de l'utilité réelle de la communauté d'agglomération récemment créée et répondant au doux nom de Nîmes Métropole (Mégalopopaule aurait été plus appropriée).

Tous les gueux électeurs et néanmoins généreux contributeurs devront admettre que ce grandiose échelon de notre immense hiérarchie administrative, a pour but premier d'honorer les plus méritoires de nos élus locaux en leur conférant de nouvelles lettres de noblesse, et, bien sûr, les rentes sonnantes et trébuchantes y afférentes.

C'est ainsi que 86 élus ont été élevés à la dignité de conseillers de la communauté d'agglomération. Si seul Popaul nostrum a pu prétendre au titre suprême de président, avec à la clé un droit à indemnité mensuelle de 3.587,04 E (soit 23.529 francs), la République, bonne mère envers ses fils chéris, a permis de désigner 25 vice présidents, chacun d'entre eux percevant une indemnité mensuelle de 1.757,64f (soit 11.529 francs). Cette pluie diluvienne de rondelettes indemnités semble d'autant plus injustifiée que tous ces hauts personnages perçoivent déjà des indemnités au titre d'élu de leur commune d'appartenance et que la communauté d'agglomération n'exerce aucune compétence nouvelle.

Le cumul des multiples indemnités dont bénéficient d'aucuns s'est même révélé parfois crever le plafond légal de la bienséance : pour respecter la loi, Crésus Popaul, la mort dans l'âme, a dû renoncer provisoirement à percevoir 89% de l'indemnité attachée à sa fonction de président (entre ses indemnités de maire, de conseiller général et de président d'agglomération, cumulard Popaul est donc plafonné à environ 60.000 francs mensuels, une misère).

Le contribuable de la communauté d'agglomération sera heureux de s'acquitter des impôts qui engraisseront un peu plus cette pléiade d'élus (coût annuel des indemnités versées par la communauté d'agglomération : 4.722.000 francs), qui permettront de payer les hauts fonctionnaires territoriaux qu'il a bien fallu recruter avec leur cohorte habituelle de petites mains, et qui couvriront les inévitables frais d'intendance. Ne pouvant décemment se loger sous un chapiteau, cette troupe s'est installée au Colisée, rendant au bâtiment sa vocation romaine.

Petit bémol à ce tableau idyllique : le taux de taxe professionnelle (le seul impôt local sur lequel la communauté puisse aujourd'hui agir) va légèrement progresser au cours des prochaines années. Il a d'ores et déjà été décidé de le multiplier par 1,8 sur POULX et par 2,4 sur LANGLADE.

Les efforts seront d'autant plus doux à consentir qu'ils enrichiront directement pour une part la commune, ou plus exactement au moins un de ses habitants, chacun des maires étant également vice président de la communauté d'agglomération.

Dites bien le merci à Monsieur le maire !

LES COURRIERS SANS RÉPONSE...

A Mme PONCE CASANOVA

J'observe dans la presse l'existence d'une manifestation nommée «Les Comptoirs de Tailleurs », qui est censée fêter les 100 ans de l'Office du Tourisme.

Je m'interroge sur le choix heureux de cet événement et l'utilité qu'il peut représenter en matière touristiqué...

Au vu du coût qui a mon sens s'annonce important compte tenu de la communication et des frais de déplacements, je vous saurais gre de justifier à l'Association de contribuables que je représente le montant chiffré d'une telle opération ?

Dans l'attente, je vous prie d'agréer, Madame, l'expression de mes cordiales salutations.

Comité de Défense
des Contribuables Nîmois et GARDOIS
Christophe PL AN
Président

A Monsieur le Maire,

La Décision N' 33 du 14 février 2003, fait apparaître un remboursement d'emprunt de 3.394.723,60 euros ainsi qu'une pénalité de remboursement anticipé de 67.894,47 euros.

La masse financière étant particulièrement importante, je vous demande de justifier cette décision, son opportunité et son utilité ?

Dans la décision en question, il n'est fait mention d'aucune explication, que je signalerai en l'absence de votre réponse, à la Chambre Régionale des Comptes, au même titre que mes précédents courriers.

Christian LACOUR-OLLÉ
Président
Centre RADICAL Nîmois

A Monsieur le Maire,

La Presse tout récemment s'est fait l'écho d'une baisse sensible du chiffre d'affaire des commerces du centre ville.

Ce constat fort prévisible dont les sources sont parfàitement identifiées avait été pour la plupart dénoncées par mes soins en 1996 alors que j'étais élu. Vous avez hélas homologué la création d'une grande surface démesurée par rapport au potentiel économique de la cité affaiblissant d'avantage le commerce traditionnel déjà exsangue.

Certes vous n'êtes pas le géniteur de ce projet mais vous l'avez vu croître et embellir sans pour autant prendre les mesures nécessaires pour enrayer des difficultés que rencontre les commerces du centre ville et de ses alentours. A ce constat inquiétant, il faut ajouter une conjoncture mauvaise, mais pire encore la politique que vous pratiquez depuis votre élection en matière de fonctionnement et de circulation.

  • Stationnement : Le harcèlement permanent des usagers du centre ville qui voient pleuvoir quotidiennement des procès verbaux, impôts déguisés et source parallèle de finances pour la commune.
  • Circulation : le changement de sens lié à la trémie est une aberration.
  • Enfin les bornes installées qui contribuent à stériliser davantage l'imption du centre ville. A l'heure où le consommateur est désireux d'acheter eh toute quiétude et avec facilité, vous provoquez une gène qui fait fuir les acheteurs potentiels. Les baisses anormales du chiffre d'affaire des entreprises sont là pour en témoigner.

Je vous demande non pas une réponse à cette missive, car vous semblez ne pas maiîtriser cet élémentaire sens civique, mais je vous demande par contre d'agir au plus tôt en pratiquant une refonte des tarifs à la baisse du stationnement et une modulation des procès verbaux.

Ensuite diligenter une étude intelligente et donc cohérente des flux de circulation, enfin je vous demande de prendre officiellement l'engagement que l'inflation galopante de l'installation des grandes surfaces va enfin cesser.

Dans l'état actuel des choses vous portez une grande responsabilité dans la détérioration du tissu économique et social de la cité.

Les Nîmois et pas simplement les commerçants attendent de vous des actions et non une répression obtue.

Christian LACOUR-OLLÉ
Président
Centre RADICAL Nîmois

A Monsieur le Maire,

A propos de l'Arrêté Municipal pour la distribution de tracts

Cette conception sectaire et monolithique de la pensée que l'on qualifie maintenant de pensée unique ne me semble pas de mise dans un monde en perpétuelle mutation.

Notre ville de Nîmes serait elle devenue un laboratoire d'essai de la pensée unique ?

Je crois que vous auriez tort de le penser car c'est oublier un élément essentiel : le caractère indomptable (j'ose le dire) donc réboussier des nîmois...

Tôt ou tard, Monsieur le Maire, ces mêmes Nimois vous remercieront à l'instar des deux Maires qui vous ont précédé...

Daniel LAURIOL
Président
UNIR

EAUX, RAGES ET DES ESPOIRS

Suite à plusieurs demandes auprès de Monsieur FELI PPI (délégué à l'environnement de la ville de Nîmes) au sujet d'une borne de remplissage des citernes des véhicules de nettoyage de la société ONYX qui nous importune ma famille et mon voisinage à des heures indécentes (5 heures du matin tous les jours et lors de festivités importantes 3 heures 30), même ayant porté plainte auprès du procureur qui n'a apparemment pas pris ma requête en considération, je pensais qu'il n'était pas impossible de remplir ces citernes sur le site de l'entreprise, où à des heures moins indues, le soir en fin de service par exemple, pour être prêt à intervenir le matin (je tiens à préciser que cette borne est située à 15 mètres de ma chambre).

Mais le plus gros de ma colère vient du fait que vendredi 7 mars à 4 heures 45 du matin, plus de bruits encore que d'habitude me fait bondir du fit et ouvrir mes fenêtres afin de calmer tous ces ouvriers qui discutaient bruyamment sans se soucier du voisinage. En leur expliquant que ma famille et moi avions aussi besoin de sommeil, car pour se reposer route de Beaucaire c'est très difficile même la nuit (rodéo le vendredi soir, passage des poubelles mardi, jeudi, etc.), ces ouvriers me disent qu'ils ont ordre de venir ici car d'habitude ils allaient à l'Esplanade, mais qu'un «ponte » (sic) s'était plaint. Alors...

Donc ! Quand on est près du pouvoir on a le choix de ne pas être gêné, mais nous, petits ouvriers, en plus de se fatiguer au travail, nous n'avons même pas le droit au repos.

Ou alors quand Filippi m'a dit qu'il s'occupait du problème, il a du se tromper d'adresse ! ! ! ! !

Pourtant c'est simple : Monsieur BEAUCHARD Michel

STOP AU « DEPLUMAGE »

Napopol 1er, dans sa grande soif de rentrées d'argent en recettes para fiscales galvanise notre Police Municipale en lui enjoignant une politique de procès verbal sur les usagers du centre ville, particulièrement redhibitoire.

Oublié son appartenance ? de micro chef d'entreprise depuis que de multiples mandats irriguent ses finances.

Oubliés les Adjoints pleurnicheurs qui vivaient à la petite semaine et qui observaient décroissant leur filiforme chiffre d'affaires, aujourd'hui recyclés dans le job politique, etc, etc... la liste serait fort longue.

Rédigés à la hâte, bon nombre de procès verbaux peuvent être contestés; ainsi à l'heureux récipiendaire de la taxe parasitaire « LA GAZETTE suggère une lecture attentive des petits « papillons » ou « l'art et la manière d'économiser rapidement quelques euros »

  • Le numéro de la rue doit être bien lisible, en cas d'absence ou de manque de lisibilité vous êtes en présence d'un vice de forme.
  • Le modèle de votre véhicule doit être précisé, si ce n'est pas le cas, idem.
  • Le numéro de l'Agent doit être indiqué, si ce n'est pas le cas, idem.

Très souvent ces points élémentaires ne sont pas respectés, mais quelle que soit la réponse de l'administration municipale, votre meilleur moyen d'agir sera une belle lettre adressée à Monsieur le Maire de la Ville de Nîmes, pour le féliciter de ces para impôts descendants direct de la taille, de la gabelle and Co.

Et puis n'oublions pas que 2004 sera une année chargée « en passes d'armes électorales », profitez en pour sanctionner en votant contre... et si le contre est élu et pratique la même politique, alors il ne vous restera plus qu'à voter une fois de plus « contre le contre ».

C'est ça la vrai gestion politique : Arrêter de se faire plumer...

2004 - 2018 © Christian Lacour