aller au menu

Les cantonales

(10/06/2005)

PONT-SAINT-ESPRIT


Midi Libre vendredi 10 Juin 2005


Cantonales : Nathalie Viellefon, « la régionaliste » de l'Etape


Décidément la conquête du canton de Pont-Saint-Esprit mobilise bien des énergies. L'un des derniers candidats officiellement déclarés est une femme: Nathalie Viellefon, Nîmoise, 45 ans, divorcée, trois enfants. Elle représentera le mouvement régionaliste, tendance occitane, aux cantonales du 19 juin prochain.


Souriante, discrète, croquant la vie à pleines dents et particulièrement motivée par la gestion des affaires de la cité, elle compte insuffler une nouvelle dynamique dans le canton.


Un territoire qui, selon ses propres termes, « lui a plu tout de suite », et spécialement Pont-Saint-Esprit, elle qui possède de la famille et des amis à Goudargues, la petite Venise gardoise.


Avec un franc parler qui se fait,de plus en plus rare, et un mépris évident pour la politique politicienne, ce petit bout de femme explique qu'elle a autre chose à proposer à


l'électorat que des lieux communs. A commencer par « écouter les autres », tout simplement. « Je crois, indique‑t‑elle, qu'il serait bon de créer une cellule d`écoute, puisqu'il est de plus en plus difficile d'obtenir audience auprès d'un conseiller général. »


Un peu plus loin elle ajoute « vouloir décrocher des subventions pour les agriculteurs qui dépérissent. » Et dans sa profession de foi Nathalie Viellefon se dit « contre la précarité qui se généralise, les garanties sociales qui s'affaiblissent, les retraites qui s'érodent, la détérioration du tissu économique », ou encore « contre la disparition de l'aéroport Nîmes-Arles-Camargue, l'augmentation des grandes surfaces, etc. »


Du point de vue de son cursus politique, la jeune femme n'en est pas à sa première bataille électorale, puisqu'elle a participé aux dernières cantonales à Nîmes, obtenant 50 voix.


On la retrouve, aussi, comme suppléante aux législatives de 2002, sur la circonscription d'Alès. Pont-Saint-Esprit est donc son nouveau challenge.


Rémi LEBRERE

2004 - 2018 © Christian Lacour